CONSTRUCTIONS DISLOQUEES (sous-notice)

1. Dans les travaux du GARS, un noyau est défini cumulativement :

(i) par son autonomie syntaxique :

On convient d’appeler « noyau » l’unité minimale de macro-syntaxe, qui permet de former un énoncé autonome. [Blanche-Benveniste 1990 : 114]

(ii) par son autonomie prosodique :

Sont considérées comme « noyaux » les unités qui, à l’intérieur d’un énoncé donné, sont effectivement dotés d’une mélodie conclusive. [Blanche-Benveniste 2003 : 56]

(iii) par son autonomie pragmatico-énonciative :

Le noyau est une unité macro- (donc autonome énonciativement) qui a la possibilité de porter des modalités interprétables en termes de force illocutoire notées par le trait [+ illoc]. [Debaisieux & al. 2013 :74]

Les ad-noyaux sont définis par des propriétés inverses : ils ne peuvent pas former à eux seuls un énoncé pertinent, mais impliquent la cooccurrence d’un noyau ; ce ne sont pas des segments prosodiquement autonomes, bornés par un intonème conclusif, et ils ne signifient pas des actes illocutoires. Ils sont essentiellement caractérisés par la position qu’ils occupent relativement au noyau (prénoyaux, postnoyaux) [Blanche-Benveniste 1990 ; Debaisieux & al. 2013 : 64 sq.].

Il est à noter que le critère (ii) ne vaut que dans le cadre d’énoncés envisagés en isolation, mais cesse d’être opératoire lorsqu’on a affaire à des énoncés en discours, (leur noyau ne porte pas toujours un intonème conclusif). Quant au critère (iii), il est rendu fragile par l’absence de caractérisation formelle des actes illocutoires, ceux-ci étant identifiés de manière intuitive et sans garanties de généralité. Pour un bilan critique détaillé, voir la section 4 de la notice ‘Phrase’  > Notice .

2. Quant aux dépendances macro-syntaxiques, elles sont décrites comme des relations purement paratactiques au plan formel, et qui ne sont pas sujettes à interprétation compositionnelle mais inférentielle (le rapport sémantique d’un ad-noyau au noyau n’est pas codé dans une fonction grammaticale, mais doit être calculé par inférence, sur la base des matériaux lexicaux qu’ils contiennent, et compte tenu du contexte informationnel [Deulofeu 2008 ; 2021]).

Ainsi conçues, les dépendances macro-syntaxiques apparaissent de même nature que les relations entre énoncés successifs dans le discours, ce qui pose le problème de l’identification des frontières d’énoncé : est-il légitime de considérer les ad-noyaux comme des constituants périphériques inclus dans un énoncé, et ne serait-il pas plus généralisant de voir dans certains d'entre eux des énoncés distincts, non verbaux, grammaticalement indépendants et soumis à des contraintes d’occurrence purement pragmatiques ? Répondre à ces questions ne peut se faire que sur la base d'une définition empirique précise de ce qu'est un énoncé, laquelle fait actuellement défaut.

Occurrence précédente
Occurrence suivante
Retour

Aucune correspondance
Retour

Entrer une expression valide!
Retour